Accueil 
Biographie 
Bibliographie 
Mes travaux 
Librairie 
L'artiste 
Littérature de jeunesse 
La Résistance 
Les récits 
Théâtre 
Essais 
Mémoires 
Varia 
Regards croisés 
Actualités 
Contact 

ROMANS

NOUVELLES

Les Chevaux du Temps 

 L’analyse sera mise en ligne ultérieurement.

L’ouvrage Les Chevaux du Temps (1977) est décrit comme une récréation que s’accorde l’intellectuel engagé que l’on connaît. Dans un récit-cadre, plusieurs personnages sont chargés à tour de rôle de raconter une histoire, dans la longue lignée de la tradition littéraire. Roman ou nouvelles ? La structure adoptée est ambiguë. Vercors plonge le lecteur dans des univers fantastiques à la manière de Nerval ou de Poe. Or, rappelons-nous que Jean Bruller avait illustré en 1929 le poème en prose Le Corbeau de cet auteur américain, et avait récidivé en 1942 avec les poèmes Silence, Ombre et L’Ile de la fée (Pour voir  ses dessins, vous pouvez vous procurer l’ouvrage Les Silences de Vercors, Le Mans, Création & Recherche, 2002, comprenant les illustrations de Poe, celles des Stances du vieux matelot de Coleridge, et l’album de 1938 intitulé Silences).

Pourquoi ce titre? Vercors rendit hommage à Jules Supervielle, comme il le confia à Jacques Chancel dans un entretien de 1977 largement consacré à la création des Chevaux du Temps (Cf. les archives de l'INA):

Quand les chevaux du Temps s’arrêtent à ma porte
J’hésite un peu toujours à les regarder boire
Puisque c’est de mon sang qu’ils étanchent leur soif.
Ils tournent vers ma face un œil reconnaissant
Pendant que leurs longs traits m’emplissent de faiblesse
Et me laissent si las, si seul et décevant
Qu’une nuit passagère envahit mes paupières
Et qu’il me faut soudain refaire en moi des forces
Pour qu’un jour où viendrait l’attelage assoiffé
Je puisse encore vivre et les désaltérer.

 

Copyright (c) 2006 N Gibert. Tous droits réservés.
nathalie.n.gibert@wanadoo.fr